Activité du CIProC

Nous considérons que le sport et la participation aux activités culturelles comme un vecteur d’apprentissage, d’intégration et de socialisation. A  ce titre, les activités sportives et ateliers culturelles constituent des facteurs importants d’équilibre, de santé et d’épanouissement de tous âges.

Élément fondamental de l’éducation, de la culture et de la vie sociale, ceci constitue une priorité pour le CIProC.

FESTIVAL AFRODISIAC

Le FAF est un festival de partage et de rencontre au cours duquel CIProC saisi l’occasion de sensibiliserr le public aux fléaux qui touchent le continent africain. C’est aussi l’occasion de mettre en lumière le travail des différentes associations qui œuvrent dans l’ombre pour ces causes. Mais le FESTIVAL AFRODISIAC est une vitrine pour la richesse et la diversité de la culture africaine à travers sa musique, son art et sa gastronomie.

Pour l’édition 2018, nous avons eu le plaisir de vous accueillir les 14 et 15 juillet au parc d’Osseghem, non loin de l’Atomium à Laeken. Un endroit féérique qui durant tout un week-end vibrera aux sons des tambours et musique afro tendance.

« Sport au féminin : la « Zumba»

La Zumba est un mélange d’aérobic et de danse latine où le plaisir, la sensualité et le côté festif sont au rendez-vous. Le rythme de la Zumba et sa progression est une technique très facile et rapide à apprendre, vous brulez vos graisses et vos calories dès le 1 er cours !

La très talentueuse Gaby Sierra a su adapter le rythme pour tous avec brio et en faire un moment de convivialité. De Février à Décembre, vous pourrez intégrer le cours à tout moment de l’année, les chorégraphies s’apprennent au fur et à mesure.

Vous aimez le soleil, le dépaysement, la musique latino ? Alors la Zumba est faite pour vous ! Venez rejoindre Gaby, tous les mardis de 14h00 à 15h00 dans la salle polyvalente de la Maison des Femmes à Schaerbeek.

Ateliers de sensibilisation à la lutte contre la violence faite aux femmes

Les violences faites aux femmes ne concernent pas que des pays lointains, des pays en guerre, des zones de non droit. Les mutilations génitales, les mariages forcées, les lapidations. En effet, cela existe ailleurs, mais cela nous concerne aussi, car la violence faite aux femmes c’est aussi la violence sexuelle, y compris au sein du couple, une partenaire que l’on force lorsqu’elle n’est pas consentante. C’est aussi la violence psychologique, lorsqu’on humilie l’autre, le tient en soumission ou le terrorise ! Priver une femme de revenus, c’est de la violence économique.

La liste est longue, mais ce qu’il faut retenir est que les droits de l’homme sont aussi ceux de la femme !

En 2018 plus de 38 femmes ont été tuées parce qu’elles étaient femmes. 38 décès dus à la violence faite aux femmes, en Belgique, en plein cœur de l’Europe !

Une journée mondiale ne suffira pas pour inverser la tendance, c’est pour ces raisons que CIProC, une association diriger par des femmes, veut participer au changement en organisant chaque année des ateliers de sensibilisation à la violence faites aux femmes, avec une attention particulière pour les migrantes, les réfugiées, les déplacées, les membre de minorités, des femmes encore plus vulnérables.

Pour ce faire, nous collaborons avec la société civile et d’autres partenaires, de femmes spécialisées dans la lutte contre la violence à l’égard des femmes. Il est donc nécessaire que le grand public soit informé des mesures existantes pour prévenir ces actes de violence, de traiter ces questions en tenant compte de la question du genre et en y incluant la diffusion d’information sur l’égalité entre femmes et hommes.

CIProC AU SUD

Parallèlement, nos activités internationales s’articulent autour de l’éducation permanente et l’insertion socioprofessionnelle. Il s’agit de confronter nos pratiques à celles d’autres pays et de transmettre un savoir faire.

C’est à Kinshasa en République Démocratique du Congo (RDC), que nous avons débuté nos premières actions en internationale. Grace à son antenne à Kinshasa ouverte en juin 2013, le CIProC y développe chaque année des projets dans le domaine de l’insertion professionnelle, l’éducation.

« Bruxelles – Kinshasa : union par la Francophonie »

« Bruxelles – Kinshasa Union par la Francophonie » est un projet bilatéral Belgique / RDC qui s’adresse aux jeunes des deux pays dont la 1 ère édition a vu le jour en 2015.

Pour la RDC, le projet consiste à promouvoir le patrimoine culturel et historique de la Région de Bruxelles-Capitale à travers des capsules vidéos réalisées par les apprenants de cours français – Langues Étrangères du CIProC Belgique. Pour l’action au Congo, l’antenne de CIProC à Kinshasa organise un concours de rédaction destiné aux finalistes des écoles secondaire à Kinshasa et qui a pour thème « Bruxelles vue par un jeune Congolais ».

Pour stimuler leur inspiration, les élèves commencent par visionner les capsules réalisées à Bruxelles avant de se lancer dans la rédaction.
À l’issue de ce concours, les lauréats reçoivent un prix qui consiste à la prise en charge des frais académiques de la 1 ère année des études supérieures. Cette aide, permet aux parents de bénéficier d’une année supplémentaire d’épargne éventuelle pour la poursuite des études de leur enfant.

Opération mains propres

A la suite du projet « Opération Mains Propres » que l’antenne du CIProC avait mené à Kinshasa en partenariat avec des centres hospitaliers pour sensibiliser les élèves de l’enseignement primaire sur l’hygiène des mains l’association étend souhaite étendre son action à la construction de toilettes sèches dans les écoles afin de diminuer la mortalité due aux maladies dites des « mains sales ».

En 2015, CIPROC asbl avait réalisé des sessions de sensibilisation dans des écoles de la commune de Ngaliema. Dans ce cadre, nous avions pu sensibiliser le public dans 44 écoles parmi les plus pauvres de la commune, ce qui avait ravi les élèves et les responsables de ces écoles. Grâce à cette sensibilisation, nous avions pu mieux connaître les habitudes d’hygiène de ces enfants et découvrir que peu se lavait les mains à la sortie des latrines.

Vu l’enthousiasme suscité, il était important pour nous de réitérer l’expérience dans les 23 autres communes de la capitale ; mais faute de moyen, cela n’avait pas pu se faire.
Si cette expérience acquise pouvait notamment être soutenu par vos dons nous pourrions élargir la sensibilisation à plus d’écoles dans Kinshasa et réellement impacter le changement de comportement pour sauvegarder la santé, surtout celle des enfants et éviter des épidémies capables de s’étendre au-delà des frontières.

Accompagnement des demandeurs d’emploi,

Cette activité consiste à offrir à chaque personne qui désire trouver un emploi se verra offrir un accompagnement sous forme de coaching par le CIProC Kinshasa au modèle de ce qui se fait au CIProC Belgique.